George

George, mon collaborateur. Victime de la crise, il s’est retrouvé sans emploi suite à la fermeture de la boutique de prêt-à-porter pour la quelle il avait travaillé pendant 10 ans !Pour un maigre salaire de 20€ il a accepté de travailler avec moi.

Certes, c’est un beau monsieur ! Mais, c’est justement son élégance et sont allure que je cherchais pour photographier mes colliers.

Une belle rencontre ! Nous avons tous le droit à une deuxième chance !